le Jeudi 23 mai 2024
le Samedi 15 juillet 2023 9:21 Environnement

Baignades, la vigilance est de rigueur

La saison estivale se prépare au lac Minnewanka. Photo : Gabrielle Audet-Michaud
La saison estivale se prépare au lac Minnewanka. Photo : Gabrielle Audet-Michaud
(IJL - RÉSEAU.PRESSE - LE FRANCO) - Services de santé Alberta (AHS) recommande fortement aux amateurs de plein air et d'activités aquatiques de rester à l’affût des interdictions de baignade en vigueur cet été. En effet, les températures chaudes qui sont attendues pourraient favoriser la prolifération de cyanobactéries. En cas de contamination, des démangeaisons cutanées et des symptômes gastro-intestinaux peuvent être observés.
Baignades, la vigilance est de rigueur
00:00 00:00

La plage du lac Thunder, située dans le comté de Barrhead, attire beaucoup de familles d’Edmonton, malgré les avis d’interdiction de baignade fréquents. Photo : Gabrielle Audet-Michaud

La baignade dans les lacs continue d’être une activité très prisée des Albertains et des touristes lors des journées chaudes d’été. Or, comme le rappelle la médecin-hygiéniste chez AHS, la Dre Kathryn Koliaska, mieux vaut faire des recherches préalables avant de plonger depuis le quai le plus proche de chez soi. «On veut que les gens puissent avoir du plaisir et qu’ils ne tombent pas malades parce qu’ils ont été négligents. La meilleure chose à faire avant d’aller passer du temps près d’un lac, c’est d’aller faire un tour sur le site de AHS», explique-t-elle. 

En règle générale, les cyanobactéries, plus communément appelées algues bleues, ont tendance à proliférer à la suite de périodes chaudes et sèches suivies par de fortes précipitations. Les étendues d’eau qui ont déjà été affectées par ce type d’algues sont plus susceptibles de connaître des récidives. C’est pourquoi AHS déploie de nombreux efforts pour tester l’eau des lacs le plus fréquemment possible, surtout dans les régions «qui ont déjà été problématiques ou qui attirent beaucoup de visiteurs», note la Dre Koliaska.

Cependant, il arrive parfois que Services de santé Alberta ne dispose pas de toutes les informations nécessaires pour mettre en vigueur une interdiction de baignade. Par conséquent, le public est invité à rester prudent même s’il envisage de se baigner dans un lac qui ne semble pas contaminé à première vue. D’ailleurs, rappelle la médecin-hygiéniste, les algues bleues ne sont pas toujours de couleur bleue. 

«Elles peuvent être turquoise, brunes, rouges ou même un mélange de couleur. Elles peuvent ressembler à de petits morceaux de pelouse à la surface, mais aussi à quelque chose de plus consistant qui brouille l’eau ou qui se trouve au fond du lac», analyse la spécialiste. Souvent, une odeur terreuse ou même de moisissure s’en dégage. 

En cas de contact avec la peau, la toxine contenue dans les algues peut entraîner des démangeaisons, une irritation cutanée et des brûlures aux yeux.

Précautions pour les petits et les compagnons à quatre pattes

Suzanne Amyotte habite le village de Bondiss, situé au nord-est d’Edmonton, à proximité du lac Skeleton qui a été visé par plusieurs interdictions de baignade au cours des dernières années. Elle raconte avoir pris l’habitude de se renseigner sur les interdictions mises en vigueur par AHS avant de permettre à quiconque de se baigner, y compris les adultes, «ses deux petites-filles» et sa chienne. «On reste assez à jour par rapport à tout ça, surtout vers la fin de l’été quand les températures ont été chaudes, ça arrive souvent qu’on ait des avis», témoigne-t-elle.

Notons que les algues bleues peuvent être toxiques, voire mortelles, pour les animaux de compagnie. Les propriétaires de chiens doivent demeurer vigilants pour éviter de laisser leurs compagnons à quatre pattes se baigner ou boire l’eau d’un lac contaminé. «C’est parfois difficile à gérer, surtout en été, parce que ma chienne adore aller dans l’eau, mais on fait avec», mentionne Suzanne. 

Mais il n’y a pas seulement les chiens qui peuvent être très malades s’ils consomment de l’eau contaminée par des algues. Les humains peuvent également présenter des symptômes gastro-intestinaux tels que des vomissements, de la fièvre et de la diarrhée s’ils ingèrent de petites quantités d’eau lors de la baignade. Ces symptômes sont similaires à ceux observés en cas d’intoxication liée à des bactéries fécales, qui peuvent également être présentes dans les lacs albertains.

On veut que les gens puissent avoir du plaisir et qu’ils ne tombent pas malades parce qu’ils ont été négligents», Dre Kathryn Koliaska. Les rives du lac Kananaskis sont très prisées pendant la saison chaude. Photo : Arnaud Barbet

Les plages de Sylvan Lake attendent les touristes et les habitués. Photo : Courtoisie – Naifa AA

D’ailleurs, la Dre Koliaska met en garde les campeurs qui seraient tentés de faire bouillir de l’eau dans le but de la rendre potable. «Ça risque d’éliminer les bactéries fécales, mais pas les toxines produites par les cyanobactéries. On invite donc les Albertains à ne pas boire l’eau d’un lac, même lorsqu’elle est bouillie», évoque-t-elle. 

D’autres affections de la peau comme la dermatite des nageurs peuvent survenir à la suite d’une baignade dans un lac.  Pour y remédier, il est conseillé de toujours sécher sa peau après une baignade et de se laver les mains. «Si on a accès à une douche, il est recommandé de rincer l’entièreté de son corps pour éliminer toutes les bactéries et les substances nocives qui pourraient se trouver dans l’eau des lacs», conclut la médecin-hygiéniste.