Le rayonnement des accents francophones

Écrit par : Jeunes Plumes

3 avril 2022

Crédit : Brooke Cagle / Unsplash.com. Intervention d’images : Andoni Aldasoro
1er prix
Juliet Saumure Campbell – Jeune plume
École Michaëlle-Jean – 9e année

 

Mars est le mois de la Francophonie à travers le monde. C’est un moment opportun pour célébrer les divers accents francophones. À l’école Michaëlle-Jean à Edmonton, Juliette Kukla et Dahir Abdi, étudiants de neuvième année, ont accepté de partager avec la communauté franco-albertaine des expériences personnelles en rapport avec leurs accents en mettant en valeur leur sécurité linguistique.

 

Les accents

Les accents existent dans tous les coins du monde; ils sont uniques pour chaque individu. Au Canada, une simple recherche Google identifie qu’il existe plus de 36 accents francophones, le nombre exact demeurant un sujet de débat.

 

Pour ces deux élèves francophones, les divers accents les unissent. Juliette croit que ses accents sont très importants quand ça vient à son identité. «Puisque j’ai plusieurs accents, je trouve que c’est une compétence très importante pour moi de pouvoir changer d’accent. Je peux me conformer à plusieurs groupes et puis me sentir chez moi avec plusieurs personnes différentes.»

 

En termes de diversité des accents de la francophonie, Dahir est convaincu que les accents francophones contribuent à l’appartenance. «Ça contribue à la diversité […] ça nous unifie.»

 

Dans un environnement minoritaire

Selon le recensement de 2016, il y a plus de 7,9 millions d’habitants canadiens avec le français comme langue maternelle. Cela dit, le français se qualifie comme une langue minoritaire à l’extérieur du Québec.

 

Plusieurs francophones ont immigré au Canada en provenance d’autres pays francophones, comme l’Algérie, la France et le Niger, pour en nommer quelques-uns. Avec cette multitude de dialectes, les communautés francophones sont riches en accents et diverses en cultures.

 

Quoiqu’ils aient le français comme langue première ou langue seconde, plusieurs francophones ont le défi de faire valoir leur langue. «Mes amis [anglophones] se moquent de moi parce que je suis francophone», note Dahir.

 

«Mes amis [anglophones] se moquent de moi parce que je suis francophone.» Dahir

 

Contrairement à cela, plusieurs gens se sentent chez eux dans la francophonie et «sécure» avec leurs accents. «Il y a une tellement grande communauté de francophones, je me sens vraiment à la maison partout», confirme Juliette, en ajoutant qu’elle est «chez elle» dans tous les aspects de la francophonie.

 

La sécurité linguistique

Ouvert en 2016, l’école Michaëlle-Jean est la seule école francophone publique à Edmonton qui accueille des élèves de la 7e à la 12e année. La diversité est au cœur de cette école, les accents se font entendre dans les couloirs et pour Juliette, elle confirme que cette diversité d’accents la rassure et lui donne un sens d’appartenance. «Je me sens très “sécure” à l’école Michaëlle-Jean avec mon accent — mes accents, parce qu’il y en a tellement. Tellement de niveaux de français, tellement d’accents, tellement de diversité.»

 

«Je me sens très “sécure” à l’école Michaëlle-Jean avec mon accent.» Juliette

 

En même temps, Dahir croit aussi avoir une sécurité linguistique à son école. «Tout le monde à l’école [Michaëlle-Jean] à un accent différent, donc tout le monde est uni et ensemble.» Les deux étudiants avouent que la communauté francophone autour d’eux les sécurise dans une province majoritairement anglophone. «On est tous ensemble dans la francophonie.»

 

«On est tous ensemble dans la francophonie.» Dahir

 

La Journée internationale de la Francophonie est célébrée le 20 mars à travers le monde depuis 1988 afin de célébrer les liens communs de la langue de Molière. Les Canadiens célèbrent le mois de la Francophonie pendant tout le mois de mars et plusieurs activités sont au rendez-vous chaque année.

 

****
Nos jeunes plumes en sont à leurs débuts. Ils nous ont offert un travail remarquable et une participation incroyable.
Toute l’équipe du journal Le Franco est très fière de les avoir formées et de leur offrir un espace pour exprimer leurs talents.
Comme ces articles ne sont pas signé par les journalistes du Franco, leur contenu n’a donc pas été vérifié de façon indépendante comme l’usage le veut.
****

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!