le Mardi 21 mai 2024
le Jeudi 4 mai 2023 10:00 À la une

De la lumière au bout du tunnel pour Radio Cité

De la lumière au bout du tunnel pour Radio Cité
00:00 00:00

Depuis plusieurs mois déjà, Radio Cité est confrontée à une situation financière précaire qui menace sa survie. Mais la station pourrait bien sauver la mise grâce à un partenariat avec une radio privée qui diffuse actuellement sur Internet. Si les négociations aboutissent, les deux parties partageront la fréquence 97,9 FM. 

IJL – RÉSEAU.PRESSE – LE FRANCO

«En fait, on a besoin de 50 000 à 100 000$ pour survivre dans les prochains mois et payer nos dettes les plus urgentes.» Annie McKitrick.

Le compte à rebours* est lancé pour le conseil d’administration de Radio Cité qui a obtenu le mandat, lors de son assemblée générale annuelle convoquée le 1er mai 2023, d’arriver à un accord avec la radio privée au cours des deux prochaines semaines. En cas d’échec, le son du grand Edmonton sera contraint de signer une entente avec ses créanciers et d’éteindre ses micros. 

Malgré le manque de marge de manœuvre, la présidente du conseil d’administration, Annie McKitrick, demeure optimiste. «On espère qu’en deux semaines, ça va aboutir. On n’aura peut-être pas un contrat de signé, mais avec une entente formelle, on va pouvoir continuer à opérer la radio», laisse-t-elle entendre.

Annie McKitrick est la présidente du conseil d’administration de Radio Cité. Photo : GG

Le partenariat permettrait notamment à Radio Cité de partager ses frais de fonctionnement et de réduire ses dépenses, une solution «plus que nécessaire» pour qu’elle puisse continuer à émettre, explique la présidente. Avec un déficit chiffré à 150 000$, «des dettes qui ont été accumulées depuis 2018 et qui n’ont jamais été [remboursées]», la situation financière de la station continue de se détériorer. 

«En fait, on a besoin de 50 000 à 100 000$ pour survivre dans les prochains mois et payer nos dettes les plus urgentes», mentionne-t-elle.

En plus d’un appui financier immédiat, le nouveau partenaire de Radio Cité pourrait aussi lui offrir de l’aide au niveau technique et publicitaire. En retour, la station d’Edmonton lui donnera un accès à ses ondes, un trésor convoité et difficile à obtenir, selon les dires d’Annie McKitrick. «C’est très difficile et vraiment très très long de faire une demande au CRTC», explique-t-elle. 

Moins de français à l’antenne

Or, le partage des ondes implique aussi qu’une portion de la diffusion de Radio Cité se fasse dans une autre langue que le français. En effet, selon des informations recueillies par Radio-Canada, la radio privée avec laquelle le 97,9 FM envisage de partager l’antenne émet du contenu dans plusieurs langues, dont l’anglais.

Cette situation ne semble pas inquiéter Kevin Bell, le trésorier du conseil d’administration. En effet, la licence de diffusion du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dont dispose la station stipule clairement que 65% du contenu diffusé doit être francophone. «La seule différence, c’est que pendant trois heures par jour, notre émission de radio sera diffusée seulement sur le web et que l’autre radio sera en ondes [sur la fréquence 97,9 FM]», renchérit de son côté Annie McKitrick. 

Les deux membres du conseil d’administration expriment leur déception de ne pas avoir trouvé de solution pour maintenir la diffusion en français en tout temps, et ce, malgré les efforts déployés pour mobiliser la francophonie albertaine. Néanmoins, ils font preuve de réalisme. Du travail reste à faire pour générer encore plus d’intérêt auprès de la population et pour encourager la participation citoyenne. 

Kevin Bell est le trésorier de Radio Cité. Photo : Courtoisie

«Et peut-être même faire naître un meilleur sentiment d’appartenance», témoigne Kevin. Il ne cherche pas à blâmer qui que ce soit pour la situation difficile dans laquelle se trouve Radio Cité. «Il faut être réaliste. Il n’y a aucun organisme francophone qui a 150 000$ en argent [liquide] pour nous aider», dit-il. «Mais on est toujours intéressés à écouter les offres si jamais», ajoute-t-il en riant. Notons que l’identité de la radio privée demeurera confidentielle jusqu’à ce qu’une entente soit ratifiée entre les deux parties. 

Glossaire Compte à rebours* : Décompte

Pour plus d’information :  Radio Cité : radiocitefm.ca