Les célébrations de Noël

Écrit par : Le Franco

19 décembre 2022

Mots-clés :
La rubrique de Kaylie : À vous la jeunesse! par Kaylie Murangwa

.

Les lumières scintillantes, les espaces publics arborés de sapins, les décors et les chansons de Noël, le magasinage… Ce sont les indices que ce moment de l’année est proche. Le 25 décembre est le jour où les familles se réunissent et où l’on s’échange des cadeaux.

.

Avant l’âge de huit ans, les festivités de Noël commençaient quelques semaines plus tôt. À l’école, on faisait des répétitions de chants pour le concert de Noël tant attendu. On était aussi avides de voir le spectacle de la Nativité. Je me rappelle un certain Noël, il y avait un vrai bébé dans la crèche – ce bébé est devenu célèbre, car il a causé de l’agitation – et tous les élèves voulaient confirmer que ce n’était pas un jouet!

.

Hors de l’école, j’attendais avec impatience les visites du père Noël.

.

Après tout, ne me suis-je pas bien comportée?

Quelques semaines précédant ce moment, j’avais convaincu papa de m’accompagner à la poste pour déposer ma lettre au père Noël.

.

Adresse : Père Noël
Pôle Nord
H0H 0H0
Canada

.

La préposée m’a aidée à la trouver. Papa semblait surpris que l’adresse soit tellement précise, mais la dame l’a rassuré. Quelques jours avant Noël, ma petite sœur m’attendait avec de bonnes nouvelles. «Papa Noël nous a répondu!»

.

Il ne restait plus qu’à attendre de voir la promesse se réaliser. Il allait, en traineau, déposer ses cadeaux chez nous.

.

Les rumeurs à l’école disaient que les seules preuves de son passage étaient qu’il mangerait des biscuits et boirait une tasse de lait. Alors, on a déposé un verre de lait et un biscuit sur la table à manger. Le lendemain, les cadeaux étaient sous le sapin! Et pour le lait et les biscuits… disparus!
À l’âge de douze ans, je m’en doutais, je ne croyais plus au père Noël, mais c’est un mythe que je voulais garder et le père Noël n’a pas pu me prouver le contraire : les cadeaux allaient apparaitre à nouveau sous le sapin.

.

Je me suis quand même bien comporté, n’est-ce pas?

Passer du temps avec ma famille est également devenu important. Tout au long de l’année, la veille de Noël, lorsque la famille venait partager un festin me manquait. On y avait des conversations divertissantes qui me faisaient mal au ventre. Les films, la construction d’une maison en pain d’épice et les bonbons que nous mangions jusqu’à nous sentir malades me manquaient aussi.

.

«On y avait des conversations divertissantes qui me faisaient mal au ventre.» Kaylie

.

Pourtant, à cause de la pandémie, tout cela ne pouvait plus avoir lieu. On a partagé le repas de Noël différemment, virtuellement. Il a fallu manger à table devant un ordinateur, sur Zoom, avec ma famille. Cette expérience particulière m’a permis d’être plus reconnaissante de pouvoir célébrer le temps des Fêtes chaque année.

.

Malgré cela, nos parents ne voulaient pas que l’on perde le sens religieux de cette fête qui célèbre la naissance de Jésus Christ, il y a plus de 2000 ans. On allait à l’église où on écoutait des chants et des récits de la Nativité. On admirait les décors, les ornements et les expositions de crèches qui réchauffaient le cœur dans ces moments de froidure.

.

.

Maintenant que je suis ce que ma mère appelle «une grande fille digne de ce nom», ma présence est requise à la cuisine. Que c’est du travail! Cependant, j’ai appris à faire de bons petits plats dont les invités se régalent dont, entre autres, le igitoki à la sauce d’arachide.

.

Le 25 décembre : une autre perspective

Si vous pensez que mon Noël est intéressant, vous n’avez pas entendu parler de celui de Angie, une amie à moi. Chez elle, le temps des Fêtes est très festif. La tradition veut que ses oncles et sa grande famille viennent au réveillon de Noël pour y passer la nuit jusqu’au lendemain.

.

.

Crédit : James Wheeler - Unsplash.com

Crédit : James Wheeler – Unsplash.com

.

.

Ils chantent, en karaoké, des chansons espagnoles. Carlos Vives est son chanteur favori. Ils aiment aussi danser, ils mettent l’ambiance sur des airs de salsa et de bachata. J’ai bien pensé introduire la danse dans ma famille à Noël, mais je pense qu’il faudra du temps pour qu’elle s’y adapte.

.

Je pensais que le 25 décembre serait pareil pour tout le monde…

Bien que certains ne puissent imaginer cette période de l’année sans les festivités, le festin et le sapin, chez Sara, il ne se passe rien. Elle «ne fête pas Noël» à cause de sa religion, c’est pour elle «une journée normale, rien de spécial». Elle profite tout de même de ce jour de congé.

.

«Une journée normale, rien de spécial.» Sara

.

C’est en réfléchissant à toutes mes traditions, à la magie du temps des Fêtes, que je commence à me demander si cet esprit des fêtes s’estompera avec l’âge. Le Petit Prince a dit que «toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. Mais peu d’entre elles s’en souviennent».

.

C’est vrai que les adultes sont vraiment occupés, mais les traditions sont marquées à la pierre blanche dans un coin de notre esprit et nous ne pouvons les ignorer. Ces moments de l’enfance sont inoubliables, ils nous interpellent sans cesse pour que nous puissions les garder en vie.

.

Gardons l’esprit de Noël en profitant de nos traditions.

.

.

.

.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!