le Vendredi 17 mai 2024
le Vendredi 20 octobre 2023 14:18 Chronique «santé»

Conseils pour une rentrée déjà bien entamée

La rentrée constitue, pour plusieurs enfants et parents, une situation passablement anxiogène. Photo : Daiga Ellaby / Unsplash.com
La rentrée constitue, pour plusieurs enfants et parents, une situation passablement anxiogène. Photo : Daiga Ellaby / Unsplash.com
Vos enfants ont fait un démarrage dans les normes, vous pouvez vous en féliciter. La rentrée constitue, pour plusieurs enfants et parents, une situation passablement anxiogène. Il a fallu passer d’un état de pure liberté au rythme bien chronométré qu’exige la reprise scolaire.
Conseils pour une rentrée déjà bien entamée
00:00 00:00

Dre Julie L. Hildebrand exerce en médecine familiale à Edmonton. Bilingue, elle est très heureuse de pouvoir répondre aux besoins de la francophonie plurielle de la capitale provinciale. Spécialiste du diabète, des dépendances et de l’utilisation du cannabis thérapeutique, elle privilégie la prévention et l’éducation. 

Si cela n’est pas déjà fait, il est bon de planifier une visite chez l’optométriste pour s’assurer que votre enfant ne souffre pas de troubles visuels. La myopie (qui affecte la vision de loin) fait en sorte que l’élève éprouve une incapacité à lire ou à distinguer ce qui est écrit au tableau. L’astigmatisme provoque la distorsion des formes, déformant les lettres de l’alphabet. Cela engendrera une fatigue visuelle et des maux de tête. Si ces troubles de la vue sont dépistés et corrigés précocement, leur traitement peut éviter l’échec scolaire et la perte d’estime de soi qui s’ensuit.

Comme celle des yeux, la santé des dents est essentielle. Consulter un dentiste permet de repérer rapidement les caries qui pourraient devenir douloureuses et/ou un mauvais alignement de la dentition. Par la même occasion, il est bon de renforcer les mesures d’hygiène dentaire comme le brossage des dents après les repas. Il faut éviter les sucreries et utiliser la soie dentaire régulièrement.

Finalement, rencontrer son médecin de famille est de bon augure pour obtenir les certificats médicaux nécessaires à la pratique d’un sport, pour avoir en main une prescription valide pour un auto-injecteur EpiPen dans les cas d’allergies sévères et pour veiller à ce que les vaccins soient à jour. 

N’hésitez pas à confier à votre médecin traitant vos préoccupations quant à l’éventualité d’un trouble de l’attention (TDAH) ou de l’apprentissage (ex. : dyslexie). Encore une fois, un diagnostic rapide permettra à l’enfant de recevoir l’aide pédagogique adéquate et les accommodements qui favoriseront sa réussite scolaire.  

La prévention passe aussi par les parents

Afin de prévenir de nombreuses infections, il est bon d’enseigner à vos tout-petits l’importance de maintenir une bonne hygiène des mains. Apprenez-leur à les laver souvent à l’eau et au savon, plus particulièrement avant et après avoir utilisé les toilettes et avant de prendre un repas. 

Des ongles courts évitent la collection de germes, car les mains sont des vecteurs importants de transmission des virus, bactéries et parasites intestinaux (comme les oxyures communément reconnus comme les petits vers blancs qui provoquent des démangeaisons autour de l’anus). 

Vos petits doivent aussi comprendre l’importance d’éternuer dans le creux de leur coude plutôt que dans leurs mains pour éviter la propagation des infections des voies respiratoires et de la COVID-19 toujours présente. 

Scrutez l’arrière des oreilles et la nuque de vos enfants à la recherche de poux et de lentes. Ils sont devenus quasi endémiques et résistants à plusieurs produits visant leur éradication. Une inspection régulière empêchera la perte de contrôle. N’hésitez pas à employer le peigne fin, à appliquer des «shampouinées» rigoureuses et à bien lessiver les vêtements, sans oublier la literie. 

Choisissez avec soin le sac d’école. Montrez à votre enfant comment ne pas le surcharger inutilement. Son poids doit être bien réparti sur les deux épaules et non sur une seule. Un port mal adapté du sac à dos peut induire des tensions musculaires, des maux de dos et une mauvaise posture. 

Un sommeil réparateur sans écran

On ne le répétera jamais assez, la régularité des heures de sommeil est fondamentale pour le bon fonctionnement du corps et de l’esprit. Il faut donc favoriser l’adoption d’un horaire fixe pour le coucher et le lever, du moins durant les jours d’école et idéalement tous les jours de la semaine. 

De surcroît, il est recommandé de cesser toute activité qui pourrait stimuler l’activité cérébrale après 20h telles que l’utilisation du téléphone intelligent et le visionnement d’écrans (télévision, ordinateur ou tablette). Il en va de même pour les jeux vidéo. Ces écrans émettent des lumières bleues qui interfèrent avec la production de mélatonine, l’hormone qui gère le cycle circadien. En conséquence, l’élève peu reposé aura de la difficulté à maintenir son niveau d’attention et sera moins performant sur le plan intellectuel. Un bon livre avant de dormir sera toujours une formule gagnante. 

Une bonne nuit de sommeil et votre enfant sera frais et disponible de bon matin. Il aura le temps de déguster un déjeuner équilibré. Ce repas essentiel restaurera l’hydratation et le niveau de glycémie, facteurs indispensables à la capacité d’attention et au rendement intellectuel. Une belle assiette avec des sucres lents (tartines, brioches, etc.), des protéines (beurre d’arachides, œuf dur, morceau de fromage) et des fruits frais, accompagnés d’un verre de lait entier, et le tour est joué. Rassasiés, ils seront moins enclins à consommer des calories vides (beignets, tablettes de chocolat, boissons gazeuses, etc.) durant la journée.  

Pour mieux se concentrer sur les devoirs

Pour bien étudier, votre enfant aura besoin de se sentir confortable. Si cela est possible, aménagez-lui un espace de travail qui lui sera dédié, à l’écart des distractions. Veillez à ce que ce havre de paix soit bien éclairé et loin des bruits domestiques. Agrémentez ce lieu d’images ou d’objets familiers auxquels il s’identifie. Il se sentira privilégié d’avoir un coin, dans la maison, bien à lui pour effectuer ses devoirs. Cela engendrera une plus grande productivité et une baisse d’anxiété. Cela encouragera aussi une transformation de la perception, passant de la corvée à l’agrément. 

Pour alléger son horaire de travaux scolaires, vous pouvez inciter votre enfant à pratiquer une activité sportive ou récréative ou à s’inscrire à des activités parascolaires. Vous pouvez aussi entreprendre de nouveaux projets en famille (bricolage, cuisine, décoration, arts, musique, etc.). Halloween et Noël approchent! 

Une promenade à l’extérieur pour aérer les petites méninges de votre enfant à la lumière naturelle est toujours la bienvenue. Elle va restaurer son humeur et ses capacités cognitives. Il est conseillé également de choisir des jours de repos durant la semaine pour faire le plein d’énergie. 

N’hésitez pas à valoriser les courtes périodes de méditation au quotidien, une quinzaine de minutes suffit. Finalement, et non des moindres, trouver des moments précieux pour discuter et échanger avec votre enfant pour qu’il se sente à l’aise de vous confier ses inquiétudes. Considéré et écouté, il gagnera en assurance. 

Et pour vous, chers parents, prenez le temps de vous faire plaisir. Vous le méritez bien!

Glossaire – Calories vides : calories contenant peu ou aucun élément nutritif et micronutriment comme les vitamines ou les minéraux