Jour de deuil en l’honneur d’Elizabeth II : une cérémonie canadienne tout en sobriété

Écrit par : Inès Lombardo

2 octobre 2022

Mots-clés : ,
Le cortège commémoratif est parti du manège militaire Cartier à Ottawa. Crédit : Inès Lombardo – Francopresse
Élus, personnalités et citoyens se sont réunis, lundi, à la cathédrale Christ Church d’Ottawa pour rendre un dernier hommage à la reine Elizabeth II, décédée le 8 septembre. L’évènement s’est tenu le même jour que les funérailles officielles de la souveraine, à Londres au Royaume-Uni.

.

Francopresse – Inès Lombardo

.

Un cortège commémoratif composé de membres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des Forces armées canadiennes (FAC) est parti du manège militaire Cartier, à Ottawa, sous une fine pluie pour se rendre jusqu’à la cathédrale Christ Church.

.

.

.

.

Le juge en chef de la Cour suprême Richard Wagner a assuré le rôle d’administrateur du gouvernement et les fonctions vice-royales, en l’absence de la gouverneure générale Mary Simon qui accompagne le premier ministre à Londres pour les funérailles de la reine.

.

Une salve de 96 coups d’artillerie à blanc, pour marquer les 96 années de la vie de la reine, a été tirée juste avant la cérémonie.

.

.

.

.

.

.

.

Les chefs de partis de l’opposition, Pierre Poilievre et Jagmeet Singh, étaient présents, ainsi que les ministres libéraux Alghabra, Duclos, Fraser, Joly, LeBlanc, Mendicino et Petitpas Taylor.

.

Souvenirs de bienveillance et de sens du devoir

La cérémonie a débuté avec les mots de bienvenue et de réconciliation d’Albert Dumont, conseiller spirituel algonquin affilié à la cathédrale Christ Church.

.

La 26e gouverneure générale, Adrienne Clarkson, a ensuite souligné : «La Couronne du Canada est la base de notre démocratie constitutionnelle. La reine a été symbole de la légitimité démocratique. Pendant 70 ans, nous avons tissé un canevas grâce aux éléments hérités de la Magna carta […], promesse d’une véritable protection contre les injustices. Sa vie a été guidée par la détermination.»

.

«La Couronne du Canada est la base de notre démocratie constitutionnelle.» Adrienne Clarkson

.

Elle a salué la reconnaissance de la reine pour les peuples autochtones et en a profité pour souligner au passage sa «fierté» que l’actuelle représentante de la Reine au Canada, la gouverneure générale Mary Simon, soit Inuk.

.

Brian Mulroney, ancien premier ministre du Canada, lui a succédé à la tribune de l’église : «J’ai souvent été frappé par la bienveillance de cette reine envers le Canada. […] Elle éprouvait un amour profond pour [ce pays]. Elle manifestait un enthousiaste soutenu pour le plus grand pays de son royaume. Elle avait aussi du respect à l’égard du bilinguisme et une maitrise du français, qu’elle parlait à la perfection, avec un grand respect pour le rôle unique joué par Canadiens français dans l’avancement du Canada moderne.»

.

«J’ai souvent été frappé par la bienveillance de cette reine envers le Canada.» Brian Mulroney

.

L’auteur-compositeur-interprète canado-américain Rufus Wainwright a marqué la cérémonie en chantant le titre «Hallelujia» de Leonard Cohen avec émotion, avant que politiciens et personnalités sortent de l’église.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!