Deux candidats pour un siège dans le comté de Strathcona

Écrit par : Jeunes Plumes

16 octobre 2021

Mots-clés : ,

Le Franco, en collaboration avec le Conseil scolaire Centre-Nord, a lancé le projet: Plumes jeunesses au CSCN ! Des élèves de la 5e à la 12e année ont été invités à écrire des textes sur un même thème : les élections municipales.

Le but de ce projet est d’offrir aux jeunes une expérience pratique d’écriture dans un contexte réel en les affectant à rédiger un texte sous la forme d’un article.

Les élèves intéressés par le projet ont reçu une formation de l’équipe du Franco. Les meilleurs textes remporteront un total de 800$ en prix. Le Conseil scolaire Centre-Nord et le journal Le Franco sont heureux de s’associer pour ce projet qui encourage le relève locale en journalisme en Alberta tout en décloisonnant l’utilisation du français en dehors des salles de classe et dans l’espace public.

C’est le temps des élections municipales partout en Alberta. Pour mieux connaître deux candidats à la mairie du comté de Strathcona et découvrir pourquoi ils se sont présentés, j’ai rencontré le maire Rod Frank et la candidate et ancienne députée, Annie Mckitrick. 

Le maire actuel de Strathcona Rod Frank juge que c’est important de garder le momentum. «Nous traversons une pandémie et il est important que nous continuions sur la même lancée, je veux aller jusqu’au bout pour continuer à protéger la santé publique et avoir une économie forte pour la communauté.»

Pour Annie Mckitrick, elle explique que les autres candidats ne représentaient pas ses valeurs, ses connaissances et les expériences qu’elle pourrait apporter. C’est également important pour elle d’avoir une voix forte et féminine au conseil municipal. «Je pense que c’est très important d’avoir plus de femmes sur un conseil municipal.» Elle continue en disant qu’elle connaît les enjeux importants du comté de Strathcona. 

Juliet Saumure Campbell

Les deux candidats mentionnent la pandémie comme étant un sujet important. La municipalité a beaucoup dépensé face aux mesures sanitaires. La pandémie a affecté beaucoup de gens dans tous les secteurs et comme Annie Mckitrick l’explique, «il faut vraiment préparer la municipalité à ce qui va se passer après la pandémie et assurer qu’on remet l’économie en marche».

Elle ajoute qu’il faut penser à revoir les finances de la municipalité. «Depuis deux ans, la province a coupé le budget donné aux municipalités.» Annie McKitrick ajoute que les petites entreprises, les jeunes et les aînés ont grandement été touchés par la pandémie. 

Pour le maire Rod Frank, il témoigne également que la santé économique de la région est importante. «C’est très important pour les gens de continuer à avoir des emplois et nous avons des petites et moyennes entreprises qui ont beaucoup de difficultés.» Il ajoute que le conseil municipal a très bien fait en termes de protection de la santé publique. Il constate qu’il va falloir être stratégique en ce qui concerne les relations avec le gouvernement provincial.

Comment fonctionne un conseil municipal? 

Le maire Rod Frank explique qu’un conseil municipal travaille en établissant des règlements et en adoptant des résolutions dans les domaines de sa responsabilité. «Il travaille par consensus, en écoutant les citoyens, en regardant en avant et en étant capable de planifier afin de profiter des opportunités.»

La candidate Annie McKitrick confie que ce sont les municipalités qui sont chargées de bien gérer les taxes afin de prendre des décisions qui sont propices au développement et au bon fonctionnement de la municipalité. «La fonction des municipalités est d’agir sur le développement. Établir où mettre des maisons, des parcs et des écoles.» Elle continue en expliquant que la municipalité s’occupe également des routes, des égouts et des centres récréatifs. 

Les deux candidats indiquent que les municipalités agissent en fonction de la loi sur les municipalités, dictée par le gouvernement de l’Alberta.

Les deux candidats sont d’accord que la francophonie est importante pour la communauté

«Pour moi, c’est très important parce que quand j’étais jeune, j’ai dû vraiment travailler, non seulement pour garder mon français, mais pour garder mon attachement à la francophonie.» Annie McKitrick continue en confirmant que c’est un droit de parler en français en Alberta. 

Pour sa part, le maire Rod Frank est intéressé par l’histoire du Canada, les colons français étant l’une des nations fondatrices après les peuples autochtones. «Ils [les francophones] ont une culture très unique qui contribue grandement à notre pays. Je suis vraiment émerveillé par les voyageurs et les coureurs des bois. Cela rend notre pays meilleur.» 

Les deux candidats apprécient la francophonie

Quand on pense à la francophonie locale, on pourrait penser à l’école francophone de la communauté. Le 10 mars dernier, l’école Claudette et Denis-Tardif a reçu le financement pour une nouvelle école. 

Depuis l’annonce, plusieurs parents et élèves demandent la septième année pour 2022-2023. «Je veux avant tout écouter, je veux faire partie de la solution pour créer l’espace nécessaire», cite le maire Rod Frank. Il explique qu’il n’a pas de juridiction provinciale, mais ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas agir au besoin de la communauté. 

En parlant avec Annie Mckitrick, elle précise que la décision d’ajouter une autre année dépend du Conseil scolaire. «Je ferai tout mon possible pour appuyer la demande des élèves et des parents.» Les deux candidats sont favorables à l’aboutissement du projet. 

Un rappel que les élections municipales sont le 18 octobre prochain. Bonne chance à tous les candidats!

Juliet Saumure Campbell – École Michaëlle-Jean – 9e année

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!