Un pied de nez à la pandémie

Écrit par : Arnaud Barbet

3 mai 2021

Mots-clés : ,
Renelle cache prise dans sa robe colorée et estivale. Crédit : RMB Photography (courtoisie)

Cet article a été publié en août 2020.

C’est ainsi que l’on pourrait qualifier J’aime, la nouvelle chanson de Renelle Roy pour son retour après 15 ans d’absence sur la scène musicale. Une ode à la joie estivale, une invitation à l’amour, des petites joies au grand bonheur. La « pop » prend son envol.

Originaire d’Edmonton, Renelle a ses racines bien ancrées dans la francophonie albertaine. « Mon père est originaire de Saint-Paul, ma mère de Beaumont, et toute la famille baigne dans la musique », explique l’artiste. Difficile dans ces conditions de ne pas devenir une interprète francophone de talent, qui se laisse aller à la langue de Shakespeare de temps à autre.

Renelle dans tous ces états pour la promotion de sa première chanson, J’aime, en tant qu’auteure-compositrice-interprète. Crédit : RMB Photography

Renelle a de nombreuses cordes à son arc. De la danse folklorique au répertoire classique, en passant par l’opéra, elle l’affirme, « ma carrière d’avant en tant qu’interprète était belle et inspirante. » Elle remporte d’ailleurs le prix de la meilleure interprète à Polyfonik en 2003. 16 ans plus tard, elle revient en tant que qu’auteure-compositrice-interprète et signe son premier titre. « La scène m’appelait, c’était plus fort que moi ! »

J’aime

« C’est d’abord un message d’amour, un amour universel », explique Renelle. Un amour léger, une invitation à « lâcher prise » et à éveiller ces 5 sens. « Je voulais partager avec mon public la nécessité de ces petites choses de la vie qui font le bonheur. Les pieds dans le sable, un bon verre de vin, une rencontre entre amis, de la sensualité… »

Dans la vie, Renelle a connu des hauts et des bas. Elle se souvient : « dans la trentaine, j’ai eu la joie de voir grandir mes filles Sianne et Charlize. J’ai aussi perdu ma grand-maman, une douleur extraordinaire. La maladie mentale s’est aussi invitée chez mes proches, des moments difficiles ». Elle admet avoir couché sur le papier ces moments particuliers… pour plus tard. 

« J’aime, c’est la légèreté, j’ai commencé à écrire cette chanson il y a 2 ans, la pandémie est arrivée, je devais la finir et la partager avec le plus grand nombre ». Une bulle d’oxygène à la mélodie multicolore dont on ne se lasse pas.

Renelle avec ses deux filles, Sianne et Charlize. Crédit : RMB Photography (courtoisie)

J’aime, c’est aussi un défi qu’elle relève lorsque son réalisateur, Robert Walsh, l’invite à dévoiler cette facette de sa personnalité sur une mélodie « pop », rafraîchissante. « Au début, je n’étais pas certaine, finalement, j’ai utilisé ma voix différemment et cela a fonctionné », s’amuse-t-elle avec le recul.

Son prochain album

Pour son album, elle espère une version acoustique de J’aime, mais aussi des textes plus pénétrants, intimes, profonds. Une célébration de la vie, celle de tout un chacun avec ses rires et ses pleurs.

Photo de couverture de sa chanson J’aime. Crédit : RMB Photography (courtoisie)

Elle aimerait retrouver sur scène un violoncelle, un piano, des instruments qu’elle affectionne particulièrement. « Lorsque j’étais enfant, j’ai commencé le piano, sans poursuivre. Zut ! » À l’époque, elle aurait peut-être dû suivre les encouragements de sa mère, mais il n’est jamais trop tard. 

Renelle souhaite aussi retrouver sur son album, l’artiste/rappeur 2Moods avec qui elle a enregistré Envol en début d’année. « Pour ce duo, je n’étais que la voix de l’ange. À la fois présente, mais discrète, la chanson, c’était son histoire. » Pour l’album, ils travailleront ensemble sur les textes, « nos voix s’accordent très bien ensemble, à nous de les mettre en valeur », conclut-elle.

Finalement, il nous faudra être patients pour découvrir cet album, à l’automne sans doute. En attendant, elle l’assure, « la musique en ces temps de pandémie, cela fait du bien ! »

 

Partager