le Dimanche 14 avril 2024
le Dimanche 15 octobre 2023 8:55 Chronique «jeunesse»

Nuits blanches ou sommeil profond, à vous de choisir! (2e partie)

«J’ai fait une expérience de trois jours pour m’endormir le plus tard possible. Yeux plissés, somnolence : une zombie.» Photo : Garth Manthe / Unsplash.com
«J’ai fait une expérience de trois jours pour m’endormir le plus tard possible. Yeux plissés, somnolence : une zombie.» Photo : Garth Manthe / Unsplash.com
Yeux écarquillés et silence absolu… voilà ce qui m'entoure après avoir battu cette «mioche» dans l’autobus scolaire en prématernelle. C'était surprenant et inhabituel pour moi aussi.
Nuits blanches ou sommeil profond, à vous de choisir! (2e partie)
00:00 00:00

À l’époque, si je me rappelle, j’ai tenté de justifier ma violente réprimande. Après tout, n’est-ce pas elle qui m’avait dérangée? N’est-ce pas elle qui m’avait provoquée? Alors que j’essayais de dormir?

Avec le temps, lorsqu’on analysait ce marquant combat scolaire en famille, les indices pointaient du doigt le manque de sommeil. En effet, ma sœur était à l’hôpital après une chirurgie et je ne pouvais pas m’endormir seule, dans le noir, ma terreur. Pas étonnant que je me levais du mauvais pied. 

Ah, l’enfance, supposez-vous. Peut-être, mais ne tirez pas de conclusions hâtives. Si vous avez lu la première partie de mon aventure (Qu’est-ce qui te retient éveillé si tard?), je fais encore face à ce manque de sommeil. Après tout, ne suis-je pas plus âgée? J’ai fait une expérience de trois jours pour m’endormir le plus tard possible. Yeux plissés, somnolence : une zombie. Mes journées se résumèrent à des disputes et des maux de tête. 

 Cette terrible expérience m’a donc conduite à contacter Amélie Vézina et Sara Fakroune pour en savoir plus sur la carence en sommeil. Ces deux étudiantes au doctorat en psychologie clinique au Centre d’études des troubles du sommeil (CETS) de l’Université de Laval m’ont été de bon conseil.

Causes et effets du manque de sommeil chez les adolescents

Amélie et Sarah se sont appuyées notamment sur l’étude américaine Short Sleep Duration Among Middle School and High School Students pour leurs travaux et elles soulignent que «plus de 70% [des adolescents] rapportent dormir moins de 8 heures de sommeil durant la semaine», alors que «les recommandations officielles de durées de sommeil sont pour les jeunes de 12-13 ans entre neuf et onze heures, tandis que pour ceux entre 14-17 ans, elles sont de huit à dix heures».

Êtes-vous parmi ces statistiques?

Elles évoquent les changements biologiques. À 16 ans, la puberté me concerne, pfff! Nos hormones servent à transmettre des messages et nous influencent. Par exemple, elles sont la source de «l’horloge biologique et ainsi des horaires de coucher et de lever». Si vous passez la nuit sur votre portable, profitez de cette belle excuse des hormones qui vous travaillent.

Si vous êtes comme moi et que vous consommez des livres d’action ou, comme d’autres, passez votre nuit devant des jeux vidéo ou des films d’épouvante avant de dormir, attention! Ce contenu pourrait susciter de l’anxiété et vous empêcher de dormir, voire vous  amener à de la somnolence diurne.  

Vous pratiquez un sport, vous avez un p’tit job, ils pourraient être «contributeurs au manque de sommeil».

Vous n’aimez pas l’école? Bonne nouvelle! Selon les recherches d’Amélie et de Sarah, les heures de cours très matinales «peuvent contribuer de manière chronique à ce manque de sommeil, surtout en semaine». 

Y a-t-il quelqu’un d’intéressé à signer ma pétition pour reculer l’heure des premiers cours à 10 h du matin? 

Conséquences du manque de sommeil

En m’informant des effets du manque de sommeil, j’ai serré les dents, hoché la tête et souri malicieusement, tout en laissant échapper un p’tit tchip coquin (bruitage effectué avec la bouche et bien connu de la culture africaine et antillaise). 

Selon Amélie Vézina et Sara Fakroune, une vie d’angoisse s’offre à vous. Je confirme, c’est bien la cause de cette bagarre avec cette pauvre gamine dans l’autobus!

Cette carence en sommeil interfère avec la régulation des émotions, devient source de stress et, pour ma part, a suscité des disputes lors de mon expérience consistant à m’endormir le plus tard possible.

Il se peut aussi que le rendement scolaire soit aussi affecté, car la privatisation de sommeil nuit au fonctionnement cognitif «en altérant alors l’attention et l’impulsivité», expliquent-elles. Irais-je jusqu’à dire que impulsivité égale bagarre?  

Plus sérieusement, ce manque de sommeil peut conduire à l’augmentation «des problèmes de santé mentale, comme l’anxiété ou la dépression, [et] même une augmentation des pensées suicidaires». Si c’est le cas, demandez de l’aide, c’est essentiel!

La santé mentale n’est pas la seule qui pourrait être fragilisée, le manque de sommeil peut occasionner des problèmes de santé physique tels que des «effets à long terme liés à l’hypertension, le diabète ou l’obésité».

La caféine, la théine, les boissons énergisantes ou le tabac ne sont pas conseillés; ils écourtent le sommeil et le rendent moins efficace.

Les effets du manque de sommeil sont-ils réversibles?

Vous avez passé la nuit sur la corde à linge et vous en ressentez l’effet? N’ayez pas la chienne! Amélie Vézina et Sara Fakroune relativisent.

Si vous bâillez toute la journée, il est à peu près certain que vous allez dormir plus rapidement la nuit suivante. Alors, comme si de rien n’était, passez votre journée en développant une certaine tolérance aux effets d’une mauvaise nuit de sommeil, vous dormirez «comme un loir» plus tard. Cela suffira pour vous remettre en forme.

Soyez courageux, mes potes! Ne soyez pas timides, si vous manquez de sommeil, abordez le sujet. Amélie Vézina et Sara Fakroune encouragent la parole. Elles proposent de consulter éventuellement un professionnel de la santé (ex. : médecin de famille ou psychologue).

À celles et ceux qui passent des nuits blanches

Si vous remettez à plus tard, repoussez, retardez, reportez et attendez la dernière minute pour préparer votre examen… Vous voilà, les rois de la procrastination! Prendre le taureau par les cornes, se préparer à l’avance et dormir suffisamment la veille de votre examen ne peut être que bénéfique. Alors, si vous voulez réussir votre examen, réfléchissez!

Pour les fêtards! Musique, lumière disco, foule… Attention à ne pas prendre le volant. En effet, vers 3 ou 4 h du matin, quand notre courbe de température corporelle est à son plus bas, l’endormissement vous guette. «C’est le plus mauvais moment pour prendre le volant», affirment-elles. 

Un conseil que je ne mets jamais en pratique : apporter un sac de couchage à la fête, car il est plus sage «de s’organiser pour dormir sur place».

Dans cette quête sur les effets du manque de sommeil, il est temps de tirer sa couverture vers soi et de remercier Amélie Vézina et Sara Fakroune pour leur travail acharné. Merci du fond du cœur! 

Quant à vous, mes amis, j’espère sincèrement que ces informations vous seront utiles. Après tout, n’est-il pas dit que «comme on fait son lit, on se couche»?

Il est déjà 21h! Je vous souhaite une bonne nuit. 

Glossaire – Cognitif : Qui concerne l’acquisition des connaissances